Mon expérience personnelle avec du personnel « chialeux ».

 

Male hand walking on frayed rope towards solution

Au sein de bien des entreprises, on retrouve régulièrement au moins un employé étiqueté de « chialeux ». Un « chialeux », c’est une personne qui a des choses à critiquer et à redire. Elle ne se gêne pas pour laisser savoir à qui veut bien l’entendre ce qui ne va pas selon elle au boulot.

Lorsque je travaille avec un chef d’entreprise pour améliorer le fonctionnement d’une entreprise, le soi-disant « chialeux » est une source très riche d’informations en ce qui concerne des trucs à améliorer ou à corriger pour le bien de l’entreprise.

UN « CHIALEUX » UTILE

Si vous écoutez attentivement le « chialeux », avec l’intention d’améliorer les problèmes de l’entreprise pour qu’elle fonctionne mieux, vous découvrirez des choses très intéressantes.

Si jamais en écoutant un « chialeux » vous n’apprenez rien d’utile (ce qui, de mémoire, ne m’est jamais arrivé cependant); si ce que le « chialeux » vous rapporte n’est d’aucune utilité; par exemple, il se plaint uniquement d’un collègue (« Je n’aime pas cette personne; elle m’énerve »); vous pourrez profiter tout de même de cette rencontre pour demander à ce « chialeux » d’arrêter de critiquer sans raison et de polluer le climat au travail. Vous pourrez également monter un dossier à son sujet, au besoin.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est simplement l’étiqueter de « chialeux », ne rien faire, et lui répéter sans cesse d’arrêter de chialer.

CE QU’IL FAUT FAIRE

  • Retirer l’étiquette. Évidemment, ce n’est pas toujours simple à faire. Au lieu de considérer cet employé comme un « chialeux », voyez-le comme une personne qui a des choses à dire pour améliorer l’entreprise.
  • Dès les premières minutes de votre entretien, informez l’employé, avec sincérité, que vous désirez sa collaboration pour améliorer les choses dans l’entreprise. Il sera sans doute étonné. Vous constaterez qu’il y a longtemps que quelqu’un s’est ainsi intéressé à ses propos.
  • Crayon et papier à la main, notez ce qu’il dit – cela va même tempérer ses propos.
  • Trouvez ce quelque chose dans ce qu’il vous rapporte que vous pouvez améliorer. Laissez ses commentaires ou ses jugements qui ne servent à rien de bon de côté, et trouvez la vraie situation problématique qu’il vous rapporte.
  • Remerciez-le de vous en avoir parlé.
  • Faites ce qu’il faut pour améliorer quelque chose concernant ce qu’il a dit. Même s’il s’agit d’un simple détail, faites-le.

Bien que certains risquent fort de penser qu’agir de la sorte va encourager le « chialeux » à chialer davantage ; c’est en fait l’inverse qui est vrai. Au contraire, le « chialeux » finira par moins chialer, surtout si par la suite il constate que quelque chose a été fait pour régler la situation et qu’une structure est en place pour faire en sorte que les choses s’améliorent réellement.

ATTENTION, UN BON INDICE

Une personne qui chiale est un indice qu’il y a des choses à améliorer. Trouvez-les et améliorez les choses. Ne tombez pas dans le piège de croire qu’il n’y a rien à retirer de ces propos chialeux.

Ne demandez pas au « chialeux » : «Pourquoi es-tu toujours en train de chialer?» C’EST ABSOLUMENT INUTILE! Cette question ne vous mènera nulle part.

LA BONNE QUESTION

Demandez-lui simplement s’il y a quelque chose que nous pourrions améliorer dans cette entreprise pour que les choses fonctionnent mieux. »

Faites la part des choses et prenez des notes.

Ensuite, occupez-vous d’améliorer les choses.

Si vous souhaitez en faire l’expérience, vous pouvez toujours nous contacter; nous le ferons avec vous, selon les règles de l’art.